Logements sociaux au Mali

La politique des logements sociaux au Mali

L’accession à la propriété est un parcours de combattant au Mali, et ce souci touche la majorité des catégories socio-professionnelles. Face aux prix élevés des maisons et des appartements, nombreux sont les Maliens qui doivent opter pour la location pour se loger. Avec une demande de plus en plus forte en matière de location, les bailleurs augmentent sans scrupule le coût du loyer. C’est dans ce contexte que l’État a mis en œuvre une politique de logements sociaux et économiques permettant d’accéder facilement au logement, surtout pour ceux dont les revenus sont très modestes et ne donnent pas la possibilité d’acheter une parcelle pour y construire une maison.

Que ce soit à Bamako ou à l’intérieur du pays, cette volonté de prise en charge intéresse la quasi-totalité des Maliens. Cette initiative d’amélioration de conditions de vie de la population présente une procédure d’attribution transparente. L’OMH Mali logements sociaux ou l’Office Malien de l’Habitat compte attribuer plus 5 900 logements sociaux qui introduisent toute réforme importante pour la promotion de l’habitat. On peut en outre parler des logements sociaux de N’Tabacoro qui présente 1552 logements dont la course à l’acquisition a débutée en 2015. Voir également les logements sociaux à Samaya.

Outre permettre aux Maliens de se loger à moindre coût, le gouvernement accorde un grand intérêt au cadre de vie. Les actions des entreprises et les sociétés immobilières illustrent parfaitement cette volonté de répondre aux besoins des Maliens en termes de confort et de commodités. En d’autres termes, le projet social du gouvernement favorise les conditions de vie décentes pour offrir à ses habitants une excellente qualité de vie. Il faut noter que cet habitat constitue un moyen pratique pour lutter contre la pauvreté et répondre aux besoins en logements sociaux au Mali qui est de plus en plus pressants.

Comment accéder à un logement social au Mali ?

Il existe certains critères d’attribution des logements sociaux au Mali. Premièrement, les candidats doivent ouvrir un compte dans une institution bancaire. Il faut signale que si auparavant, le gouvernement a exigé l’ouverture d’un compte auprès de la BHM ou de la BMS, les clients de la BDM, d’Écobank, de la BIM et de la Bank of Africa pourront désormais postuler. Un seuil salarial est cependant fixé, ce qui laisse à de nombreux Malien penser que les prétendants seront choisis de manière arbitraire. Ensuite, le demandeur doit verser à l’OMH un apport personnel variant sensiblement selon le type de logement, ainsi qu’une caution de trois mois. Cette dernière ne concerne cependant pas les salariés. Elle s’adresse en effet aux non-salariés et aux Maliens de l’extérieur.

Ainsi, les candidats non salariés optant pour les logements sociaux au Mali de type F3 A et F3 B, ils doivent s’acquitter une garantie de 132 660 Fcfa et un apport s’élevant à 234 00 Fcfa. Pour les logements économiques de type F4, les postulants doivent payer une caution de 282 000 Fcfa et 2 millions 50 000 Fcfa d’apport personnel. À noter en outre que les logements sont attribués aux bénéficiaires sans intérêt sur une période de 25 ans. Pour en savoir davantage sur les dossiers à fournir pour les logements sociaux au Mali, n’hésitez pas à consulter les sites de l’OHM.

Comparer